Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Harley Collinson

Manager de centre ville: des résultats pour 2018?

La ville d’Epinal et ses partenaires se sont dotés d’une cellule de  gestion chargée de participer à la dynamisation du centre ville. Une structure qui date de 2016, est originale ( 5 entités distinctes au comité de pilotage et au financement) et ambitieuse. Une nouvelle interlocutrice, Evelyne Seguin, devrait capitaliser sur le travail de fond effectué par Franck Dini et Kim Tranh les deux précédents «managers». Motivée à bloc, la nouvelle mercateuse ( personne en charge de la mercatique ) prends ses fonctions. Ses objectifs vont-ils évoluer et quels sont dés à présent les résultats du travail des «managers»?

Promouvoir et valoriser le centre-ville, accompagner et conseiller les commerçants, afin d'augmenter l'attractivité des lieux est loin d'être un objectif facile à atteindre. L’équipe du «manager»  du centre ville, issue et directement liée à la Chambre de commerce et d’industrie ( en partenariat avec la ville d’Epinal, l’Office de tourisme, la Chambre des métiers et de l’artisanat ainsi que l’association de commerçants Epicentre) doit pouvoir rendre des comptes de son activité des deux ans écoulés à son comité de suivi mais proposer aussi de nouveaux objectifs pour la fin d'année.

Un nouvel atout pour parvenir à une dynamique de centre ville

Evelyne Seguin, dont l'expérience commerciale dans l'équipement de la personne sous de multiples enseignes nationales comme dans la formation sont des atouts importants, a rejoint le projet en novembre 2017 pour prendre la responsabilité de la mission de « manager»  avec un enthousiasme qui fait plaisir à voir. Arrivée depuis 4 ans dans les Vosges, elle déclare d'emblée apprécier la ville, son histoire, sa taille et sa configuration, la proactivité et la synergie des acteurs institutionnels. « J'interviens avec un œil neuf mais je vais surtout bénéficier du travail de fonds des précédents managers. Les conclusions de la trentaine de diagnostics CCI Map ou de parcours shopping vont servir à illustrer le chemin qu'il reste à effectuer. L'objectif premier étant d'informer et de conseiller pour avoir des commerçants tournés vers l'avenir, des locomotives qui apportent du service, un accueil avec des amplitudes adaptées à celles de leurs clients et à des prix compétitifs. Et que cela se sache, il faut pouvoir avoir les informations en ligne ».

La totalité de cet article est lisible sur l'édition d'Epinal de l'Echo des Vosges  du jeudi 18 janvier 2018 en page 12 - A la demande de plusieurs lecteurs elle est mise au complet ci -dessous.

«La ville de demain n'est pas celle d'aujourd'hui»

«Le changement fait peur, mais il faut être offensif sur le web, ne pas y être est une faute. Cela fera certainement parti de nos ambitions 2018. Ainsi que les développements à venir sur le marché couvert, qui a un fort potentiel d'après l'étude effectuée par des stagiaires de la CCI en octobre 2017. Parvenir à capitaliser sur les animations d'Epicentre et défendre une identité visuelle de centre ville autour de son image de diversité est un bel enjeu. Pour premiers résultats je n'en veux que les chiffres de la vacance commerciale. Elle est passée de 15 à 10,8% suivant les éléments de la CCI, certainement le résultat de la synergie que nous avons développé avec les agences immobilières et les conseils des porteurs de projets ».

Avoir une ville commerçante et «agile»

Ville et commerces doivent se synchroniser en souplesse, pouvoir s'adapter aux mutations en cours, et donc analyser les attentes des non-clients.  «Une ville sans commerces n'est pas une ville heureuse» précise Evelyne Seguin, ce à quoi on peut ajouter que sans commerçants heureux, il y a moins d'habitants et d'élus satisfaits...  C'est pourquoi l’équipe du manager de centre ville se soucie particulièrement de l’aménagement urbain. Régler au mieux le stationnement de courte durée permettrait d’obtenir une meilleure déambulation des piétons et des clients en centre ville, de fluidifier les flux et rassurer les automobilistes. Dans cette optique «les parkings du centre ville ont besoin d’être mieux connus, le chèque parking  qui est offert par certains commerçants peut encore se développer et servir d'outil de fidélisation».

Faute de pouvoir disposer d'indicateurs d'activité statistiques et afficher des résultats matériels, tout laisse à penser que la mission du «manager» est en premier lieu un travail de communication et d'intermédiation. Même si la fonction commence à être connue auprès des commerçants, les modalités d'action prêtent toujours à discussion pour ces entrepreneurs et artisans de centre ville caractérisés par leur forte indépendance. Faute de pouvoir travailler le marchandisage ( placer la meilleure enseigne à l'endroit le plus adapté pour toucher un maximum de clientèle et en faire une locomotive de référence), d'avoir à sa disposition le formidable outil que constitue la préemption commerciale municipale ou de participer au sein d'un groupement d'intérêt économique à l'animation commerciale, le manager de centre ville n'est surtout qu'une bonne volonté supplémentaire.

Harley Collinson

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article