Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par A.V.P.

Le Probot au 1er Tir.

Le Probot au 1er Tir.

Si les deux tiers des effectifs constituant le 1er Tirailleur va partir en Afrique, les deuxièmes et quatrième compagnie restent quartier Varaigne afin de continuer à s'acquitter des missions Sentinelles mais aussi pour poursuivre leur aguerrissement . Une nouvelle mission expérimentale a été dévoilée récemment par le Ministère de la Défense et confiée aux Tirailleurs de Barkhane.

Afin de conserver une mobilité discrète et rustique dans ses déplacements , historiquement  l'Armée d'Afrique utilisait ânes et mules en nombre considérables lorsqu'elle était engagée  dans les reliefs montagneux. AU XXIème siècle de l'intelligence artificielle et de la conduite autonome, après les drones à tout faire, voici les robots-mules.

Les Turcos qui se veulent être  les  premiers, « toujours premier » vont donc expérimenter et employer pour le première fois le robot-mule de la société ROBOPEX GACI lors de l'opération Barkhane. Un engin original  à chenilles-roues de 400 kilos ( télé-opérable à vue ou hors la vue ) tractable par certains modèles de véhicules en service au sein de l’armée de Terre, et doté nativement de fonctions d'Intelligence, Surveillance et Reconnaissance. Un outil d'avant garde qui a déjà beaucoup fait parler de lui.

Une expérience afin d'avoir le meilleur pour nos soldats

En effet, après le constat  effectué il y a dix ans de lourdeur dans les choix politiques et du système d'approvisionnement des armées en termes de drones d'observation , le premier achat de l'Agence d'Innovation de la Défense ( AID) pour le compte de l'Armée de Terre , effectué très rapidement en 2020 après un essai au centre d'entrainement au combat en zone urbaine de l'armée de terre de Sissonne, avait alarmé des députés qui pensaient qu'il s'agissait de matériel israélien acheté « sur étagère » et au détriment des projets des industriels  tricolores ( Nexter, CNIM ou Arquus). Les composants éprouvés dans des conditions opérationnelles  à l'étranger, qui constituent ce petit engin tout terrain capable d'emporter  jusqu'à 800 kilos, sont effectivement d'origine étrangère mais assemblés en France par la société GACI Rugged system. L'AID a toutefois précisé qu'il ne s'agissait que d'une «  expérimentation qui permettra de déterminer les contours de ce que pourrait être le robot mule de demain, répondant au mieux aux besoins de nos forces ». Le Probot utilisé par le 1er Tir assurera donc au Mali des missions comme  le ravitaillement en munitions ou en  alimentation,  l'emport de blessés, le rechargement des batteries des équipements électriques ou la  liaison entre deux groupes distants . Une mission qu'assurait partiellement le fardier AS24 dans les troupes aéroportées il y a près de 50 ans, mais avec un conducteur.

Les alliés se lancent

Si les américains ont déjà déterminé et acheté leur propre mule MUTT en 8 roues ( Multi-Utility Tactical Transport, développé par General Dynamics Land Systems), capable de parcourir 60 kilomètres avec 500 Kg de matériel à 12 kilomètres/heure, nos alliés Estoniens intervenus sur Barkhane ont utilisé leur propre engin dénommé THeMIS développé avec Nexter.

 

Une démonstration d'un engin lourd, bruyant et chenillé qui n'est pas adapté à toutes les situations et notamment celles du milieu saharien.

 

Une nouvelle mission d'avant garde pour les Turcos puisque cette expérimentation du Probot en terrain difficile permettra de définir la meilleure adéquation entre classe de robot et usage opérationnel  

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article