Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Echos des Vosges - Epinal

Extraits & variantes des nouvelles en ligne d'Epinal et de la Vallée de la Moselle

Tout, tout, tout sur les EEE

La célèbre renouée du Japon qui a colonisé les berges de la Moselle jusqu'en centre villeLa célèbre renouée du Japon qui a colonisé les berges de la Moselle jusqu'en centre ville

La célèbre renouée du Japon qui a colonisé les berges de la Moselle jusqu'en centre ville

 

Jusqu'au 26 octobre la Maison de l'Environnement et du Développement Durable ( MEDD, 12 rue Raymond Poincaré ) accueille une exposition du jardin botanique du Grand Nancy et de l'université de Lorraine Jean-marie Pelt de Villers les Nancy sur les espèces exotiques envahissantes (EEE).

Une présence végétale et animale qui porte le plus souvent atteinte à la biodiversité par élimination des espèces autochtones ou modification de l'écosystème ( forte mise en concurrence, modification des sols, toxicité au bétail ou aux insectes ). Faute d'avoir des prédateurs ou des insectes adaptés ou consommateurs de ces plantes, l'invasion continue.

 

L'administration Européenne réagit lentement

Si la Communauté Européenne a déterminé que 10% des 12000 espèces européennes sont d'origines invasives,  une petite minorité présente des risques  pour les écosystèmes, la santé humaine ou l'économie. Sur les 37 espèces identifiées par l'administration européenne recommandant aux états membres de prendre des dispositions de lutte adaptée, 22 sont présentes sur le territoire national dont 14 espèces végétales, 12 animaux terrestres ou amphibiens, 4 oiseaux ou insectes et 7 poissons et crustacés. Pour les plantes, peu de mesures rapides et efficaces sont disponibles face à un développement exponentiel en dehors de l'huile de coude des horticulteurs et une information du grand public régulière.

 

Une liste qui augmente avec le réchauffement climatique

Profitant d'un milieu sans prédateurs ou forte concurrence, les graines ou larves se développent et partagent une forte capacité de dissémination ( via l'eau, l'air , les animaux, ou par bouturage des rhizomes ou des tiges) augmenté par un temps clément ou une météo  en voie de réchauffement. Dans les Vosges et présentés au MEDD on trouve la renouée du Japon, le séneçon du cap ( toxique pour le bétail ), la Berce du Caucase ( sève photo-allergisante toxique provoquant des brulures de la peau au contact), le Buddleia du père David ou arbre aux papillons ( venu de Chine, il ressemble de loin aux lilas), l'ambroisie d'Amérique du Nord dite à feuilles d'armoise ( allergisante, un véritable polluant biologique), la jussie rampante ( plante aquatique à fleur jaune qui modifie la qualité physico-chimique des eaux). Un inventaire complété par les espèces animales particulièrement voraces comme le frelon et coccinelle asiatiques, la grenouille taureau, la tortue de Floride, l'écrevisse rouge de Louisiane.

 

 

 

Tout, tout, tout sur les EEE

Une exposition à conforter

L'exposition du MEDD aurait mérité une présentation plus complète , avec des exemples de plantes en pots ou in vivo, leur situation dans leurs contrées d'origine et comment s'en accommodent les habitants. Peu de conseils pour s'en débarrasser ou les combattre ( hormis le recours à des professionnels qualifiés, à l'arrachage ou au fauchage ) et beaucoup trop de panneaux d'affichage ce qui rend la présentation trop linéaire. Mais une bonne volonté manifeste qui a le mérite de sensibiliser les visiteurs du service de la Ville d’Epinal qui a pour vocation de sensibiliser le plus grand nombre aux problèmes environnementaux et d’inciter à un comportement éco-citoyen.

 

 

Les visites de petits groupes sont possibles sur réservation ainsi que des ateliers pédagogiques. Horaires d'accès: du lundi au vendredi, de 9h00 à 12h00 et de 13h30 à 18h30. Entrée libre.

Maison de l’environnement et du développement durable : 12 rue Raymond Poincaré 88000 EPINAL 03 29 68 69 60

 

A.V.P.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article