Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par A.V.P.

Les sous mariniers au collège

Les 21 élèves de la  classe de 4ème 2 du collège Notre Dame d'Epinal, participant au concours Caroline Aigle - Aude Tissier et des Villes marraines, étaient présents aux commémorations de la libération avec leurs enseignantes mesdames Michèle Mathieu et Angélique Houot.

Une présence en préambule à l'accueil des sous-mariniers du Saphir au collège, afin de mieux connaitre leur métier mais aussi pour préparer leur participation au concours des Villes Marraines, la poursuite des relations et des échanges avec les marins de la dernière « équipe rouge», bientôt en mer, figurant à l'évaluation finale.

 

Les représentants du Saphir au collège Notre-Dame

Les représentants du Saphir au collège Notre-Dame

Même pas peur

Pour Lydie, de treize ans d'âge, pas question d'avoir peur. « Si je peux aller dans le sous-marin, j'y vais! » assure t elle avec confiance et enthousiasme. Les questions s'enchainent avec un bon rythme dans une classe appliquée et sérieuse ou chacun a préparé ses questions. Mais c'est seulement après avoir eu la présentation d'un submersible et de son fonctionnement par la délégation des sous mariniers qu'on peut estimer à sa juste valeur la complexité du métier et l'exigüité des lieux. « Il faut savoir partager la vie de 76 personnes avec moins d'un m2 chacun » précise l'enseigne de vaisseau Simon-Alexandre, un picard d'origine et officier de navigation, en dessinant un cigare improbable au tableau. En rajoutant le kiosque et en faisant figurer les sectionnements, le quartier maitre Marc ( originaire de Castre ) explique les spécificités de son métier de « veilleur sonar armement », et comment reconnaitre un bateau en surface grâce à l'utilisation de l'acoustique et du bruit des hélices. « Nos chaussures sont spécialement fabriquées pour ne produire aucun bruit lors de nos déplacements ».  « C'est vraiment bien fait! » s'exclame un collégien.

Toute fuite est dangereuse

« Il faut savoir vivre avec les dangers, les odeurs et la promiscuité tous les jours. C'est un métier très technique dans un milieu de locomotion et d'action liquide et avec une chaufferie nucléaire. La moindre fuite est dangereuse, comme dans une centrale nucléaire. C'est pourquoi on s'entraine à maitriser les risques en permanence et que les sectionnements sont connus de tous en cas d'incident ». Rémunérés pour un débutant à 1400 euros nets par mois, quelques élèves ont du mal à imaginer si ce mode de vie peut les satisfaire.

Vivre sous l'eau...

« Vivre pendant 6 mois sous l'eau et en silence comme un poisson, en évitant d'être repéré et pouvoir tirer un missile ou une torpille sans se faire chasser ou pécher, c'est en synthèse la vie de sous-marinier  » plaisante un adulte.  Le quartier maitre Dubois de Brives la Gaillarde pense utile de préciser en souriant au sujet de la formation continue et permanente dispensée par la marine: « Je n'ai pas de diplôme de fin d'étude. Mais il ne faut pas songer à entrer dans la marine à 18 ans en pensant échapper à l'école. C'est pire! On est obligés d'apprendre tout le temps! ».

Prochaine étape pour la classe:  effectuer un compte rendu de la présentation et maintenir le contact avec les marins du Saphir qui vont effectuer leur dernière mission en mer, puisque leur submersible sera prochainement atteint par la limite d'âge. Un parrainage décidé en 1987 à l'époque de Philippe Seguin et qui aura duré pour le plaisir de tous plus de 31 ans.

A.V.P.

 

 

Photo marins

Photo élèves

Les sous mariniers au collège
Les sous mariniers au collège
Les sous mariniers au collège

Toute fuite est dangereuse

« Il faut savoir vivre avec les dangers, les odeurs et la promiscuité tous les jours. C'est un métier très technique dans un milieu de locomotion et d'action liquide et avec une chaufferie nucléaire. La moindre fuite est dangereuse, comme dans une centrale nucléaire. C'est pourquoi on s'entraine à maitriser les risques en permanence et que les sectionnements sont connus de tous en cas d'incident ». Rémunérés pour un débutant à 1400 euros nets par mois, quelques élèves ont du mal à imaginer si ce mode de vie peut les satisfaire.

 

Les sous mariniers au collège

Vivre sous l'eau...

« Vivre pendant 6 mois sous l'eau et en silence comme un poisson, en évitant d'être repéré et pouvoir tirer un missile ou une torpille sans se faire chasser ou pécher, c'est en synthèse la vie de sous-marinier  » plaisante un adulte.  Le quartier maitre Dubois de Brives la Gaillarde pense utile de préciser en souriant au sujet de la formation continue et permanente dispensée par la marine: « Je n'ai pas de diplôme de fin d'étude. Mais il ne faut pas songer à entrer dans la marine à 18 ans en pensant échapper à l'école. C'est pire! On est obligés d'apprendre tout le temps! ».

Prochaine étape pour la classe:  effectuer un compte rendu de la présentation et maintenir le contact avec les marins du Saphir qui vont effectuer leur dernière mission en mer, puisque leur submersible sera prochainement atteint par la limite d'âge. Un parrainage décidé en 1987 à l'époque de Philippe Seguin et qui aura duré pour le plaisir de tous, plus de 31 ans.

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article