Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Rédaction

La cité pré-médiévale se précise

Face aux maigres résultats officiels des dernières fouilles préventives autour de la basilique, Myriam Dohr, archéologue à l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, a préféré souligner la levée d'hypothèses sur l'étendue de l'occupation des lieux par le cimetière paroissial, comblé et disparu depuis le XVIème siècle en même temps que le ruisseau d'Ambrail qui le longeait au Nord-Ouest. « Cela reste des recherches préventives limitées à 1m50 de profondeur et sur 9 m2 à 5 emplacements différents, là où seront plantés des arbres  » signalait-elle à plus de 120 personnes venues assister à la présentation de l'Inrap à la faculté de droit.

 

 

Myriam Dohr de l'INRAP avec Michel Heinrich maire d'Epinal - Philippe Vidal, anthropologue renommé expliquant les découvertes de l'INRAP au publicMyriam Dohr de l'INRAP avec Michel Heinrich maire d'Epinal - Philippe Vidal, anthropologue renommé expliquant les découvertes de l'INRAP au public

Myriam Dohr de l'INRAP avec Michel Heinrich maire d'Epinal - Philippe Vidal, anthropologue renommé expliquant les découvertes de l'INRAP au public

En l'absence de découvertes de mobilier, les archéologues évitent de se livrer à une surinterprétation de leurs recherches des campagnes de 2015 ( installation des canalisations de chauffage urbain rue Jeanmaire sur des emplacements d'habitations médiévales) ou de 2018 avec la réhabilitation d'envergure autour de la basilique et du noyau primitif de la ville. Ils attendent les dernières analyses des anthropologues et scientifiques du Service de Recherche Archéologique de Metz, Vesoul ou Marseille -qui ont accueilli les ossements prélevés - et la fin des travaux encore en cours de la place Edmond Henry annoncés pour juillet.

 

 

La cité pré-médiévale se précise

Des résultats modestes

Cheminements de cailloutis et galets devant le restaurant de la Côte de boeuf ( à 1m et 1m50 de profondeur);  céramiques du XIIème et XIIIème siècle, chaussée à 80 cm de profondeur et fond de cabane devant le restaurant Au Bureau; mais surtout l'absence de sépulture à ces endroits confirment la modestie de l'emprise du cimetière. Par contre de nombreuses sépultures ont été trouvées devant la maison de retraite du Chapitre, place de l'Atre, avec une bonne organisation et utilisation régulière de l'espace qui indiquent une grande constance dans l'utilisation des lieux « Il y avait des squelettes à fleur de sol et l'on sait qu'il reste des sépultures en dessous des 1,5 mètres de profondeur à cet endroit» précise l'archéologue.

 

 

 

La cité pré-médiévale se précise

Des constats inédits

« La zone de la rue Pellet et de la place Edmond Henry n'avait jamais été fouillée. Nous y avons découvert beaucoup de maçonnerie et 41 squelettes inhumés en linceul et cercueil. Une partie d'entre eux ont été datés au carbone 14 et sont de la période carolingienne, donc d'avant l'érection de la basilique. Les corps de cette époque étaient orientés d'Est en Ouest. Les suivantes ( 27 tombes) datant du Xème au XIVème siècle sont orientées Sud-Ouest/Nord-Ouest et pour certaines étaient en caissons maçonnés, plusieurs fois utilisés. Nous y avons relevé des sépultures multiples d'une période entre le XIIIème et XIVème siècle ( ce qui correspondrait à un épisode de peste noire de 1349 ), ce qui est inédit en France. Les raisons de leurs morts doivent être confirmées par les analyses approfondie sur les dents des dépouilles qui ont été transmises à notre laboratoire de Marseille. Les ossements sont transmis à l'anthropologue du Service de Recherches Archéologiques de Vesoul ou stockés à Metz».

 

Autour de la basilique au 17ème siècle ( plan Nicolas Bellot de 1626 )

Autour de la basilique au 17ème siècle ( plan Nicolas Bellot de 1626 )

D'autres découvertes sont attendues

Documenter ce cimetière vraisemblablement populaire, dans lequel une centaine de sépultures ont été dénombrées au total, son emprise, son évolution dans le temps demandera du temps et d'autres campagnes de fouilles. « Ces premiers résultats doivent être rapprochés des constats du chantier encore en cours. La dernière étape qui va s'achever en juillet sera importante. Elle doit permettre pour la première fois des fouilles de plus de 3 mètres de profondeur, à l'endroit ou sera implanté la machinerie des bassins-fontaine qui entoureront l'arrière de la basilique Saint Maurice. C'est à proximité de l'ancienne maison du Poids dessinée sur le plan de Nicolas Bellot de 1625, et nous escomptons en savoir plus sur les constructions qui ont précédé l'érection de la basilique ou qui la côtoyaient ».« Le public sera accueilli sur notre chantier de fouille  lors des journées nationales d'archéologie des 16 et 17 juin, de 10h à 12h30 et de 14h à 18h ».

 

 

La cité pré-médiévale se précise
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article