Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Rédaction

Un savoir faire qui fait tapisserie

Installée depuis moins de deux ans à l'angle des rues d'Ambrail et de l'Abbé Friesenhauser, l'atelier discret de Marie-Jo Finance, artisan-tapissière, subit une double punition. Comme tous les autres commerçants non alimentaire, deux mois de fermeture pour les raisons sanitaires, puis après une réouverture plein d'allant et la reprise de ses activités, le blocage de la rue d'Ambrail pour les travaux de voirie de septembre jusqu'en novembre.

 

Du bon coté des choses

Porteuse d'un métier d'art qui perdure, Marie-Jo dans ses 20 m2 d'atelier boutique accompagne ses clients de sa connaissance en tissus et techniques. Philosophe, elle ne se plaint pas trop des travaux qui limitent bien évidemment la visibilité de son exploitation. « Il faut bien que cela se fasse. Et en règle générale, il faut prendre le bon coté des choses. Les piétons , quand ils réussissent à franchir les tranchées, ont plus de temps à consacrer à la lecture de mes devantures, à la découverte de mon savoir-faire, de mes tissus et de mes meubles. Ce qui n'est pas le cas avec les automobilistes  ».

 

 

Un savoir faire qui fait tapisserie

Pas besoin de terrasse

Interrogée sur la possibilité pour elle de s'étendre en terrasse comme les bars et restaurants voisins, l'artisan-tapissière épanouie décline avec un sourire : « ma meilleure publicité est celle qui vient du bouche à oreille. Exposer mes travaux ou mes tissus en extérieur  ne garantit pas  que je sois reconnue. Il est certain qu'avec toute la poussière soulevée, j'ai hâte que les travaux se finissent. Surtout que j'avais bien repris après le confinement alors que les fournisseurs avaient quelques difficultés  pour  résorber leurs ruptures de marchandise. Ma valeur ajoutée est singulière, en rapport avec la création, elle me permet de continuer à travailler là ou d'autres activités commerciales auraient des difficultés  à survivre ». Un message d'espoir pour les autres boutiques spinaliennes et la piétonisation en projet de nouvelles rues du centre ville.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article