Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par P.O.

 Ravo , Jacqueline et la petite Alice

Ravo , Jacqueline et la petite Alice

 

Après le travail marquant de Bault sur Le Mur de la rue Saint Michel, on attendait beaucoup de l'artiste italo-suisse Ravo Mattoni accueilli en résidence à Epinal dans le cadre de la Fête des Images, en partenariat avec le Musée Départemental ( MuDACC).

Les amateurs d'arts et de fresques, bien que peu nombreux lors du vernissage de l'œuvre  se sont régalés  avec  la 25ème production du Mur spinalien. Dans une générosité toute italienne, l'artiste sympathique et accessible a assuré sa production, mais aussi une animation toute en chaleur  avec son assistant italo-lyonnais Joël .

 

Il spray si bien... Que le graffeur italien conseille aussi des artistes confirmésIl spray si bien... Que le graffeur italien conseille aussi des artistes confirmés

Il spray si bien... Que le graffeur italien conseille aussi des artistes confirmés

Un artiste international et polyglotte

Circulant dans le monde entier depuis 25 ans pour effectuer ses 30 reproductions annuelles d'œuvres classiques ( Delacroix ,Velazquez, de la Tour, Le Caravage, Rubens, Van Eyck ) sur les murs et façades des villes, Ravo aspire à rendre au public «  sa curiosité pour aller dans les musées redécouvrir les tableaux » .

Reproduisant au spray des œuvres classiques en conservant l'effet des couleurs  peintes à l'huile sur la toile, l'artiste a non seulement une belle maitrise du graff urbain mais aussi un relationnel et une pédagogie -avec un accent dépaysant agréable- qui facilite son excellente notoriété. « Cela fait plusieurs années qu'on essaye de le faire venir. Il peint et forme dans l'Europe entière. Sa démarche et ses compositions sont uniques .  On a beaucoup de chance de l'avoir enfin au Mur d'Epinal »  confie Pierre, membre de l'Association le Mur, tout en clouant sur des palettes des panneaux explicatifs clairs et explicites sur la démarche et l'œuvre de Ravo.

 

 

Une perle, cet homme...Une perle, cet homme...

Une perle, cet homme...

Une œuvre remarquable pour modèle

L'artiste a sélectionné à l'issue d'une visite du MuDAAC, un tableau du 17 ème siècle de Jan Miense Molenaer, élève de Frans Hals, une peinture sur bois, pratiquement une miniature avec ses 37cm sur 30 . Il a ensuite effectué pour sa fresque  un agrandissement saisissant, provoquant un effet quasi grotesque, du   « Jeune garçon griffé par un chat ».  Ravo savait ainsi pouvoir intriguer les passants,  les amateurs d'art et les automobilistes aussi .  «  Il ressemble à certains personnages très expressifs du Caravage. C'est assez rare pour cette époque et c'est un format adapté  pour le Mur. Il n'y a que la partie supérieure de reproduite pour capter l'attention du public. Une part de mystère pour qu'il cherche à comprendre. C'est typiquement de la récupération du classicisme pour faire du contemporain ». Alice qui est en petite section à l'école d'Ambrail est venue avec sa grand-mère Jacqueline. Elle observe les mains et écoute avec étonnement le monsieur avec une dame peinte sur son masque. Interrogée sur le composition murale, elle a compris que la «  dame se fait griffer » et avoue que les couleurs sont belles. « J'aime les couleurs, j'aime dessiner les arcs en ciel. A l'école je vais dessiner sur les murs comme le monsieur ». La vocation commence de bonne heure.

 

 

 

Le public, Ravo et son bébé ( sur le téléphone)  et Joël son assistant italo-lyonnaisLe public, Ravo et son bébé ( sur le téléphone)  et Joël son assistant italo-lyonnais

Le public, Ravo et son bébé ( sur le téléphone) et Joël son assistant italo-lyonnais

 

Bravo Ravo! ( Merci pour l'idée de titre Rémy!)

Non content d'entamer son travail de fresque depuis mardi, pour le finir dans les temps vendredi soir, Ravo a prodigué avec enthousiasme son enseignement et ses conseils à 3 classes de collégiens et lycéens venu le voir à La Plomberie, ainsi qu'aux amateurs de graff et artistes locaux. Lors du vernissage l'artiste était manifestement heureux de retrouver quelques uns de ses élèves de la semaine, en provenance  du lycée Claude Gellée, des collèges Louis Armand de Golbey ou Jules Ferry. Mais un second vernissage était prévu plus précisément le mardi suivant avec les parents  des jeunes pour travailler sur l'interprétation de l'œuvre et sa restitution.

 

 

On s'amuse bien chez LeMur, avec ou sans les jeunes!On s'amuse bien chez LeMur, avec ou sans les jeunes!

On s'amuse bien chez LeMur, avec ou sans les jeunes!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article