Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe O.

Du rififi chez les Ecolos

Arrivé tardivement sur l'échiquier des municipales, l'étudiant Raphael Laizeau, connu pour avoir mobilisé plusieurs fois les jeunes spinaliens lors des Marches pour le Climat dans la dynamique de Youth for climate ou de Greta Thurnberg, joue les trublions parmi les 6 listes précédemment déclarées, principalement soutenues par les partis politiques traditionnels. « Je sors de nulle part. Ma candidature alternative fait peur alors que mettre l'écologie en avant, c'est une chance »

Satisfait d'avoir été plusieurs fois sollicité par les autres listes, mais ne se retrouvant pas dans leurs programmes, tout particulièrement dans son opposition médiatique au projet de bassin d'eaux vives, Raphael Laizeau a préféré lancer une liste spécifiquement dédiée à l'urgence climatique et à l'écologie. Au risque d'en affaiblir certaines et de perturber les accointances politiciennes ( voir ci joint le communiqué d'Europe Ecologie Les Verts- EELV ).

 

Du rififi chez les Ecolos

Politicien et ... Tonton flingueur?

L'impudeur de la jeunesse ne connait pas de limite. Raphael Laizeau a constitué une liste « Epinal pour le climat » et a même poussé la plaisanterie jusqu'à solliciter la collaboration d'Europe Ecologie Les Verts ( EELV) qu'il a accueilli avec quelques  colistiers à Epinal, en la personne du secrétaire région Lorraine Gilles Bilot. Ce dernier, dans une réplique tectonique amusante pour qui sait lire entre les lignes, a du coup réitéré avec détermination le soutien de son parti à la liste de Fabrice Pisias. Un soutien qui est le fruit de la négociation de plusieurs années ... le représentant d'EELV s'est par ailleurs autorisé au passage quelques commentaires cinglants. Qualifiant la dynamique de Laizeau de « démarche personnelle d'un jeune homme ambitieux et pressé» « déçu de la sphère macronienne »,l' EELV a complété en qualifiant la constitution de la liste comme étant peu sérieuse, tardive, sans programme... Un courageux point de vue ou il ne manquait plus que les qualificatifs de liste fantôme et de candidature fantaisiste, au risque de se couper d'une partie des sympathisants EELV -qui considèrent l'urgence climatique comme une priorité- ou de l'enthousiasme de la nouvelle jeunesse écologiste transversale. On peut sans se tromper, imaginer que le superficiel Gilles Bilot a écarté avec verdeur ces brebis égarées des voies politiciennes traditionnelles, encouragé par les derniers scores écologistes aux européennes et par la présence d'un militant EELV en cinquième position de la liste de gauche de Fabrice Pisias. Il est manifeste que les deux ou trois pour cent de votes qui risquent d'être arrachés à la liste « Epinal Ou'Verte sur l'avenir » par les jeunes écologistes hors parti, peuvent permettre au Rassemblement National de passer au deuxième tour en tête. La pire des situations pour les européistes et la gauche: Vade retro satanas.

 

Choc des générations: la bourgeoisie politicienne bousculée par les millénials?

Bien pensants et activistes de l'instant, fil-de-féristes hédonistes, nomades ou zappeurs émotionnels, les natifs de l'ère digitale ( ou du XXIème siècle ) ne respectent pas les codes et les agendas traditionnels en politique. Chaque fois qu'ils le peuvent, ils s'émancipent des contraintes sociétales et s'épanouissent ou se dispersent dans les mouvements et les réseaux de leur époque. Souvent de basse intensité, ces comportements sociologiques récurrents et asymétriques sont la conséquence de la mondialisation, du politiquement correct et du brassage médiatique des diversités. Qu'importe l'ambition, même si elle est sans moyens, c'est surtout la capacité à mobiliser les ressources, la sympathie et la crédibilité ponctuelle qui en découlent permettant de considérer que la démarche n'est pas disqualifiante. C'est une leçon de chose de la nouvelle génération, peu déférente avec la culture traditionnelle, qui bouscule les appareils et les tenants de l'ancien monde. Face à Raphael Laizeau qui affirmait récemment et avec une certaine naïveté: « nous croyons qu’il est l’heure de rapprocher la ville de ses habitants. La municipalité actuelle se referme sur elle-même avec une équipe qui continuera la même politique pour le mandat suivant... Nous réinventerons le rôle de l’élu local sur le terrain » Giles Bilot le pragmatique, préférait souligner en réunion qu'Epinal  « n'est pas la commune la moins écologiste des Vosges. Il y a bien pire ». Un contraste déroutant, digne de clochemerle, mais surtout un rendez-vous manqué pour la promotion de la COP 21.

Prochaine réunion publique proposée par la liste « Epinal pour le climat » mercredi 12 février à 19h. Lieu précisé sur le réseau social.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article