Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par A.V.P.

Les GJ à Epinal

Malgré les dernières concessions gouvernementales les Gilets Jaune ne se démobilisent pas. Ils étaient près de 200 à avoir fait le déplacement à pied, de l'entrée de Golbey en délégation, afin de poursuivre leur contestation, pacifique et bon enfant devant la Préfecture puis en centre-ville.  Avec, saisonnalité oblige, la présence du père Noël ... en short !

Un scoop : le père Noël porte des caleçons

Un scoop : le père Noël porte des caleçons

«  Je suis comme tout le monde et y en a marre .  Ils vont bien finir par nous foutre à poil, tant qu'à faire je m'habitue au froid » témoigne Noël D. à demi déguisé en père Noël et qui est bien connu pour travailler au SDIS de Golbey.

 «  A 55 ans et avec 40 années de travail de cotisation je suis obligé de travailler encore 7 ans pour ne pas voir ma retraite pénalisée de 30%. Et même comme cela je toucherai autant que des personnes qui n'ont pas travaillé toute leur vie, à quelques centaines d'euros près. C'est mal fichu, on pousse les gens à l'inactivité ou à jouer les cas sos' ».  

Un Golden Jaune... mi retriever mi manifestant

Un Golden Jaune... mi retriever mi manifestant

Pas d'augmentation des taxes sur le diesel... et plus encore

Les motifs de mécontentement sont disparates mais nombreux et pour la majorité des  manifestants l'abandon des taxes sur le diesel prévues en 2019 est un préliminaire incontournable: «  J'habite près de Bruyères, les taxes sur le diesel c'est inacceptable, ça nous fout à poil. 70 kilomètres tous les jours pour aller travailler et maintenant il faudrait se laisser bercer par des promesses ? Certainement pas ! Les taxes sur le diesel doivent être abandonnées ... Mais taxer les vieux c'est encore pire dégueulasse. Rendez les sous aux retraités ! ».  

 

Les piliers du rond point de Chavelot étaient présents avec leur licorne fétiche

Les piliers du rond point de Chavelot étaient présents avec leur licorne fétiche

Oui à l'écologie non à l'escrologie

«  La défiance est au maximum. C'est une escroquerie  de nous faire croire qu'on paye pour la transition énergétique  » précise Dominique venu de Fauconcourt avec 3 de ses amis et qui réclame la démission du Président et de son gouvernement sur sa banderole. «   Je suis un retraité et un con de payeur. A la campagne on est nécessairement écologistes, même si on roule au diesel. Les taxes c'est une triple peine: on nous fait payer alors qu'on n'a pas les services des métropoles et qu'on pollue moins qu'eux puisqu'on fait notre tri nous même et qu'on contribue à la biodiversité en respectant l'environnement. Et heureusement que je suis bien trop gentil et que je me chauffe au bois. Çà mériterait une bonne révolution ! ». «  Que les charlots de la ville ne viennent pas nous donner des leçons d'écologie. Les taxes qu'ils gardent ça pour les métropoles et les ultra urbains qui se complaisent dans la pollution et la promiscuité. Ici on a choisi de vivre dans la nature et au milieu des arbres. Pauvres et isolés,  mais libres  » complète Gérard de Saint- Genest.

200 manifestants ont arpenté les quais de la Moselle avant de repartir vers Golbey

200 manifestants ont arpenté les quais de la Moselle avant de repartir vers Golbey

Incompréhension mutuelle et fin d'année difficile

Michel et sylvain, des quinquagénaires spinaliens manifestent pour la première fois, en affichant des messages plus politiques pour le départ d'Emmanuel Macron et de son gouvernement : «  les politiciens nous prennent  pour des moutons juste bons à tondre depuis trop longtemps. Une fois élus, ils sont installés et on ne peut pas les révoquer.  On devrait conserver la main sur ces politiques par référendum. Ils deviennent trop vite des membres de la bourgeoisie d'état et se moquent de leur électorat et du peuple  » . «  On ne se comprend plus avec ces politicards, ils sont hors sol, avec leurs scandaleux 5OOO euros de revenus mensuels  » complète Sylvain «  il n'y a plus de classe moyenne. Il y a une large majorité de pauvres, et des riches, qui dirigent le pays mais qui ne peuvent pas comprendre la population ».

«  J'ai 6 gosses et 5 petits enfants, la fin d'année va être difficile, il y aura donc moins de cadeaux au pied de l'arbre » constate Noël, toujours en short et goguenard devant la Préfecture.

Dernier message positif collecté auprès des manifestants : «  Il fait froid mais c'est chouette ces manifs sans syndicats et dans la bonne humeur. On se croirait en octobre 1917 en Russie...»

Un slogan qui en dit long sur la défiance qui règne

Un slogan qui en dit long sur la défiance qui règne

Les GJ à Epinal
Les GJ à Epinal
Les GJ à Epinal
Les GJ à Epinal
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article