Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par A.V.P.

Les artisans du BTP dans la rue

Une centaine d'artisans et chefs d'entreprise du BTP avec une dizaine de camions et semi-remorques portes chars ont manifesté entre le Champ de mars et la place Foch afin de signaler leur opposition aux pouvoirs publics suite aux annonces pour le projet de la loi de finance de 2019 de suppression du tarif réduit de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques ( TICPE) sur le gazole non routier ( GNR) pour les engins de chantier des entreprises du Batiment et des Travaux Publics (BTP).

 

 

Les artisans du BTP dans la rue

Les adhérents de la CAPEB 88 (Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment des Vosges ) ont rejoint devant la Préfecture deux cent Gilets Jaunes présents sur place ( après leurs expulsions par les forces de l'ordre des différents barrages filtrants qu'ils occupaient ). Une belle "convergence des luttes" pour la diminution des taxes qui n'a pas duré, les représentants de la CAPEB ne souhaitant pas voir leur action syndicale confondue avec celle du mouvement citoyen ou bloquer totalement la circulation. Les Gilets jaunes se sont donc retirés sur les passages piétons alentours.

 

Une déception pour Dominique de Bulgnéville à la fois artisan dans le bâtiment et participant de colère 88 ou des Gilets Jaunes « C'est moi qui leur ai demandé de venir. Eux aussi se battent contre les taxes et la vie chère. Au final c'est toujours les consommateurs qui payent. C'est la population qui fait vivre les artisans et l'union fait la force. C'est dommage de ne pas manifester ensemble, c'est le même combat ».

 

Les artisans du BTP dans la rue

Un surenchérissement du cout des travaux qui « casse les pattes» du BTP

 

Pour Brian, conducteur de travaux de l'entreprise Chevrier le passage de 90 centimes à 1,5 euros au 1er janvier 2019 du fuel pour les engins de chantier est inexplicable et trop radical: « on va avoir un manque à gagner considérable. Les marchés publics et privés de 2019 sont déjà signés et ces surcouts doivent être intégrés dans notre marge car nous n'avons aucune  solution de repli. Aucune concertation. A croire que cela marche trop bien et qu'on veux nous casser les pattes. Nos pelleteuses ne fonctionnent pas au GPL ou à l'électricité! Et pourquoi les agriculteurs, eux ils continuent avec des tarifs préférentiels et pas nous?». Les représentants de la CAPEB ont  été reçus par le directeur de cabinet du Préfet à qui ils ont exposé leurs revendications. La manifestation s'est achevée sans incidents vers 17 heures.

Les artisans du BTP dans la rue
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article