Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe O.

Acte de démence criminel allée des Noisettiers

Plusieurs versions circulant déjà sur les réseaux sociaux et dans la presse, le Procureur de la République Etienne Manteaux  a organisé une conférence de presse jeudi après-midi concernant un suicide au 13 de l'allée des noisetiers à Epinal et une tentative de parricide.

Le Procureur Etienne Manteaux lors de sa conférence de presse du jeudi 12 avril 2018

Le Procureur Etienne Manteaux lors de sa conférence de presse du jeudi 12 avril 2018

L.M.un homme de 25 ans d'âge, s'est jeté du troisième étage de son immeuble au 13 de l'allée des Noisetiers à l'arrivée de la police vers 1H10 jeudi dernier. Gravement blessé, les services d'urgences n'ont pas pu stabiliser sa situation, il décédera lors du transport à l'hôpital à 3h05.

Avertis vers 1H05 par un voisin d'un tapage nocturne en cours dans l'immeuble, les policiers n'ont pu que constater le drame. Montés au troisième étage ils ont pu apporter les premiers secours à madame D.M. inconsciente,gisante sur son lit, blessée à l'abdomen et tuméfiée par les coups qui lui avaient été portés au visage par son fils avec qui elle résidait habituellement.

Dans un état critique, la femme de 62 ans a été transportée de toute urgence à Nancy ou elle a été opérée dans la matinée de jeudi. Les médecins ont donné des nouvelles plutôt rassurantes dans l'après-midi à la fille et au second fils de la victime.

Les premiers éléments de l’enquête, qui doivent être corroborés par les analyses toxicologiques et d’alcoolémies demandées par le parquet, laissent penser que L.M. qui avait des antécédents d'addiction à l'alcool mais qui résidait tout à fait normalement avec sa mère – et devant reprendre une activité professionnelle prochainement – aurait entamé un sevrage de sa dépendance à l’alcool sans suivi médical.

D.M. avait informé sa fille par téléphone dans la nuit que son fils faisait des hallucinations. Il est vraisemblable qu'en pleine crise le jeune homme a perdu tout contrôle, frappant et blessant gravement sa mère, puis paniqué, a été amené à son geste suicidaire. Le jeune homme n’avait pas d’antécédents toxicologiques ou de troubles psychologiques connus à ce stade de l’enquête. Sans emploi, il était connu des services de police pour une condamnation pénale d’atteinte aux biens datant de quelques années.

Ce parricide sera vraisemblablement classé sans suite par extinction de l’action publique du fait du décès de l’auteur présumé.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article