Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par J.S.

Vous, les français... Episode 1

Jacquelyn from Michigan est en France depuis maintenant un an et nous fait partager son ressenti de la vie spinalienne. Un beau regard sur notre ville, ses animations et la vie étudiante. Nos lecteurs ne peuvent qu'apprécier les charmants écarts de syntaxes conservés par souci d'authenticité et de fraicheur.

 

 

Comme beaucoup d’étrangers qui viennent en France, Paris était la première destination qui tient le coeur.  Venue d’une petite ville à Michigan aux Etats-Unis, et faisant une tour d’Europe pour découvrir le monde d'ailleurs, j’avais déjà visité plusieurs villes ou je pouvais m’imaginer vivre, mais une fois en France, j’étais sûr d’avoir trouvé ma place. Un peu plus tard quand j’étais venue à Epinal pour visiter des amis rencontrés en voyage en Ireland, c’était un séjour plein de rire et de l’amitié, mais je ne m’imaginais pas du tout que je finirais par y vivre, dans une petite ville plutôt que la vivacité de Paris. Mais après tout, qui peut deviner quand l’amour va arriver et tout transformer dans nos plans ?

 

C’est comme ça que je me trouvais au printemps dernier installée à Epinal ou mon autre moitié poursuit ses études. Mes premiers quelques mois passes comme Spinalienne était pleins des leçons en la culture française, ainsi que des visites aux parcs et aux trésors locaux (le château, la roseraie, les musées, les randonnées des montagnes).

 

J’ai toujours été fascinée par la sociologie et la culture, et vivre à l’étranger était l’expérience ultimat pour nourrir cette passion. Derrière chaque jour, chaque soirée, et chaque sortie se trouvait des opportunités de mieux comprendre la France et sa culture. Entourée par une nouvelle façon de vie, j’apprenais exactement combien ma propre culture m’avait formé. Si voyager à l’étranger est comme gouter des tranches d’autres mondes, vivre à l’étranger est comme apprécier le repas entier : vin, dessert, compagnie…le tout.

 

Pendant que je m’ajustais à la vie en France, je me suis rendu compte que j’avais passé ma vie avant dans un état perpétuellement pressé. Ici en Epinal, et dans les autres villes françaises que j’avais la chance à visiter, je remarquais que la vitesse de la vie était bien plus tranquille. Plus humaine et moins « business ». En donnant encore plus de vue dans la vie française, nous habitons dans une colocation de près d’une dizaine d’étudiants françaises dont mon conjoint. C’était grâce à ça que je peux dire avec confiance avoir vécu une expérience française bien authentique.

 

Je passais l’été en profitant des beaux évènements Spinaliens comme Rues & Cies, La Fête de la Musique, et oui, bien sûr, la Nuit Américaine (bien que je vous jure qu’il y a bien plus à la culture américaine que des camions massifs et bruyants, les bonbons, et le linedancing). Il me semblait que cette petite ville avait quelque chose de bien et nouveau à faire toutes les semaines de l’été, et je faisais mon mieux de tout voir. J’adorais l’opportunité de me plonger dans ces célébrations tant que les simples choses quotidiens qui ne m’ont tout simplement jamais arrivé avant qu’y vivre. Faire à manger ensemble. Promener sans objectif dans la ville. Passer un après-midi dans le débat ou la conversation, peu importe le sujet, juste pour apprendre et partager un moment de convivialité. Tous les choses qui semblent simples, mais qui en fait créent les fondations du bonheur.

 

Prochain épisode sur l'hebdomadaire Écho des Vosges édition d’Épinal du jeudi 22 février 2018

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article