Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Onésime P.

Une exceptionnelle rétrospective pour Fabian Delacote

Une exceptionnelle rétrospective pour Fabian Delacote

Fabian Delacote va finir par se faire une réputation d'artiste qui n'aime que les lieux froids ou post-apo. Après le garage abandonné de la rue Victor Hugo en 2016 c'est à Chavelot dans la zone commerciale de la Fougère ( ancien magasin Vial) et pendant 15 jours, que l'artiste a trouvé de quoi enfin pouvoir afficher ses séries de cadres sur de grands mur blancs.

 

Delacote: 20 ans de peintures en entrepôt

«  Il me fallait trouver un espace comme celui -ci, qui ne craigne rien et qui puisse me laisser totale liberté d'afficher pour retracer mon parcours, organiser en murs ma logique et mes évolutions. Cela peut paraitre surdimensionné en volume, mais c'est une solution optimale pour l'accrochage ». Une nouvelle illustration de mécénat ( merci à Claude Bertrand ) que de pouvoir disposer de 1500 m2 de surface au sol,  avec pour tout décor atypique quelques véhicules de collection ( motos d'après guerre, Panhard 120 dyna des années 50, Citroën deux chevaux ) qui apportent une image désuète dans un contexte artistique contemporain.

 

Mise en lumière ou découverte

L'artiste habituellement hébergé au 46 rue de la Moselle à Golbey est passé d'un sous sol de type garage-rock à un garage-expo moins apocalyptique que celui de décembre 2016, mais tout de même un peu... puisqu'il faut passer au dessus de murs en moellons de béton, tourner autour d'échafaudages, chercher l'entrée...L'ambiance néo-industrielle underground des débuts photographiques de l'artiste n'est pas loin. Pas de chichi, du brut et de l'authenticité, tout pour l'art, de quoi faire fuir les moins convaincus. Posés au sol ou sur les retour de fenêtres des dizaines de tableaux, principalement en grand format et seuls les connaisseurs et amis de l'artiste ( parmi les 150 personnes présentes ) les distinguent par époques suivant les styles qu'il a testé et parcouru.

 

Un espace exceptionnel pour une rétrospective presque complète

« Ce volume est exceptionnel. Il permets toutes les folies esthétiques et la perspective  de ces enchainements de tableaux est grisante ».  Sollicité en continu, se déplaçant sans cesse entre les amateurs qui ont besoin de son avis sur leurs choix, ou les initiés  qui tentent d'en voir plus, de toucher l'artiste ou l'ami, Fabian est insaisissable pour le commun des mortels. « Il est évident que dans ce contexte on n'a pas l'impression de retrouver notre vosgien originaire de Senones, simple, généreux et prolifique  »  précise  Laurent, un spinalien quadragénaire  qui suit l'artiste depuis des années. « Fabian a d'abord entrainé son public  il y a deux dizaines d'années dans un univers poétique et enchanteur, du figuratif résumé par des pieds peints, des chaussures, des objets oubliés. Il a ensuite abordé des univers de destruction, noirs et très rudes, fait de contrastes de noirs et de graff. Ensuite il a travaillé les corps entier, les postures très photographiques et urbaines. Puis des visages en gros plan, sur des fonds blancs, des cranes très américain et électrique. Des vedettes de cinéma ou des comics monochromes et sériels et retour il y a deux ans sur des modèles sur pieds mais très fleuris. Cette juxtaposition de tous ces styles peu choquer car pas du tout en phase avec sa nature humaine empathique. C'est de la profusion et une découverte permanente ».

Une mise en scène convaincante

« Dans l'idée je souhaitais reproduire un cheminement pour la lecture de mes toiles en rapport avec mes évolutions, mes recherches et choix, qui sont une véritable psychothérapie pour moi. Utiliser toutes les hauteurs et dimensions, obliger à lever la tête à se tourner dans tous les sens ce n'est pas courant ni pratique » précise l'artiste  « mais je n'ai reçu que des messages de soutien et d'adhésion à cette scénographie de tous les visiteurs et c'est une première satisfaction  »

Ouverture les jeudis et vendredis de 17 h 30 à 20 h et les samedis et dimanches de 14 h à 20 h pendant deux semaines.                                                            

Onésime Pistrouquet

Photo F Delacote: Une exceptionnelle rétrospective pour Fabian Delacote

Si place disponible

Photo Expo C

Delacote: 20 ans de peintures en entrepôt

Mise en lumière ou découverte

L'artiste habituellement hébergé au 46 rue de la Moselle à Golbey est passé d'un sous sol de type garage-rock à un garage-expo moins apocalyptique que celui de décembre 2016, mais tout de même un peu... puisqu'il faut passer au dessus de murs en moellons de béton, tourner autour d'échafaudages, chercher l'entrée...L'ambiance néo-industrielle underground des débuts photographiques de l'artiste n'est pas loin. Pas de chichi, du brut et de l'authenticité, tout pour l'art, de quoi faire fuir les moins convaincus. Posés au sol ou sur les retour de fenêtres des dizaines de tableaux, principalement en grand format et seuls les connaisseurs et amis de l'artiste ( parmi les 150 personnes présentes ) les distinguent par époques suivant les styles qu'il a testé et parcouru.

 

 

Delacote: 20 ans de peintures en entrepôtDelacote: 20 ans de peintures en entrepôt

Un espace exceptionnel pour une rétrospective presque complète

« Ce volume est exceptionnel. Il permets toutes les folies esthétiques et la perspective  de ces enchainements de tableaux est grisante ».  Sollicité en continu, se déplaçant sans cesse entre les amateurs qui ont besoin de son avis sur leurs choix, ou les initiés  qui tentent d'en voir plus, de toucher l'artiste ou l'ami, Fabian est insaisissable pour le commun des mortels. « Il est évident que dans ce contexte on n'a pas l'impression de retrouver notre vosgien originaire de Senones, simple, généreux et prolifique  »  précise  Laurent, un spinalien quadragénaire  qui suit l'artiste depuis des années. « Fabian a d'abord entrainé son public  il y a deux dizaines d'années dans un univers poétique et enchanteur, du figuratif résumé par des pieds peints, des chaussures, des objets oubliés. Il a ensuite abordé des univers de destruction, noirs et très rudes, fait de contrastes de noirs et de graff. Ensuite il a travaillé les corps entier, les postures très photographiques et urbaines. Puis des visages en gros plan, sur des fonds blancs, des cranes très américain et électrique. Des vedettes de cinéma ou des comics monochromes et sériels et retour il y a deux ans sur des modèles sur pieds mais très fleuris. Cette juxtaposition de tous ces styles peu choquer car pas du tout en phase avec sa nature humaine empathique. C'est de la profusion et une découverte permanente ».

 

Delacote: 20 ans de peintures en entrepôtDelacote: 20 ans de peintures en entrepôt

Une mise en scène convaincante

« Dans l'idée je souhaitais reproduire un cheminement pour la lecture de mes toiles en rapport avec mes évolutions, mes recherches et choix, qui sont une véritable psychothérapie pour moi. Utiliser toutes les hauteurs et dimensions, obliger à lever la tête à se tourner dans tous les sens ce n'est pas courant ni pratique » précise l'artiste  « mais je n'ai reçu que des messages de soutien et d'adhésion à cette scénographie de tous les visiteurs et c'est une première satisfaction  »

Ouverture les jeudis et vendredis de 17 h 30 à 20 h et les samedis et dimanches de 14 h à 20 h pendant deux semaines.                                                            

Onésime Pistrouquet

 

 

Delacote: 20 ans de peintures en entrepôt
Delacote: 20 ans de peintures en entrepôt
Delacote: 20 ans de peintures en entrepôt
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article